5555

Avertir le modérateur

07/01/2016

L’activité mandala fait intervenir plusieurs fonctions neuropsychologiques :

Extrait du mémoire de Maryline CARIO
“L’atelier mandala, un outil thérapeutique canalisant les troubles psychocomportementaux de la maladie d’Alzheimer”.

L’activité mandala fait intervenir plusieurs fonctions neuropsychologiques :

  • Les praxies : utilisation du crayon, du pinceau pour la peinture…
  • Les gnosies : reconnaître le matériel mis à disposition et appréhender l’espace.
  • La concentration : l’activité requiert un faible niveau de capacité de concentration, car le mandala étant vite captivant, le patient reste aisément penché dans sa réalisation.
  • Le langage : le langage est sollicité lorsque le patient souhaite échanger avec les autres participants à l’activité ou lorsqu’il veut verbaliser sa réalisation. Mais un patient mutique peut tout de même participer au groupe.
  • La mémoire : de travail, le temps de l’activité en elle-même. Et la mémoire à long terme épisodique d’une séance à l’autre.
  • L’orientation temporo-spatiale : on aidera le patient à repérer les séances dans le temps et à repérer spatialement les différent lieux où il est présent.

Je pense que cet outil stimule non seulement les fonctions cognitives, mais qu’il peut aussi diminuer ou apaiser les troubles psychocomportementaux. Voyons pourquoi :

  • l’activité mandala peut réduire l’apathie :
    Un mandala est plus facile à débuter qu’une peinture ou un dessin libre, puisqu’il est pré-dessiné. Mais ses motifs ne sont pas pour autant enfantins. La réalisation d’un mandala suppose l’utilisation de nombreuses couleurs et n’implique pas de difficultés particulières. Un mandala non colorié n’a pas d’attrait, mais une fois rempli, le résultat est très souvent valorisant. L’activité est donc simple à réaliser et donne un résultat valorisant.
  • Le mandala évite les manifestations psychotiques, dépressives et émotionnelles pendant l’activité :
    En effet, l’organisation ronde et centrée du mandala est captivante, et induit un calme et une concentration chez son dessinateur. La concentration dont la personne à besoin lui évite de se distraire ; ainsi l’activité peut être utile chez une personne ayant des troubles psychiques pour interrompre le cours de la pensée et par conséquent accorder à la personne un temps durant lequel les délires et les idées noires n’interviennent pas.
  • Les phénomènes d’agitation, de déambulation, d’anxiété et d’agressivité sont diminués :
    Le cadre thérapeutique de l’atelier est rassurant par la présence des soignants, cette présence n’étant pas non plus angoissante ils ne jugent pas la qualité du travail des patients. La forme ronde et centrée du mandala est elle aussi rassurante, la personne se centre sur elle-même et s’apaise.

Voilà donc pourquoi l’atelier mandala est, selon moi, un bon moyen pour limiter les troubles psycho comportementaux.

L’atelier mandala permet donc :

  • de canaliser les troubles psychocomportementaux, en revalorisant, rassurant, cadrant
  • de stimuler les fonctions cognitives, d’entretenir les mobilités fonctionnelles et gestuelles, au cours de l’activité et en stimulant les déplacements vers l’atelier sans non plus fatiguer
  • de favoriser le maintien de l’identité du patient, en lui permettant d’exprimer ses envies, ses goûts, ses choix.

J’émets donc l’hypothèse qu’un atelier mandala, qui est une activité valorisante et captivante, mais en place dans un cadre précis, permet de limiter les troubles psychocomportementaux des malades d’Alzheimer     

 

 

 

 
Extrait du mémoire de Maryline CARIO “L’atelier mandala, un outil thérapeutique canalisant les troubles psychocomportementaux de la maladie…
COMPAGNONSDESSOLEILS.FR
 
 

La plateforme de répit, havre de paix des aidants

 

La maison solidaire de Kermarron est le lieu de rencontre habituel des aidants et des personnes âgées souffrant de troubles de la mémoire ou de perte d’autonomie.

Chaque fin d’année, l’association Mémoires vagabondes, et sa douzaine de bénévoles associés à la plateforme de répit et d’accompagnement, organise un repas dans la maison solidaire de Kermarron.

Rencontres thématiques

Chaque lundi, par quinzaine, des rencontres thématiques sont proposées. Ce sont aussi des moments d’écoute et de détente, un havre de paix pour les proches qui entourent les personnes en difficultés.

Conserver la relation

« Le but est de maintenir des relations entre les gens, explique la bénévole Nadine Le Coursonnais. On accueille tout le monde, les personnes malades et aidées, et les personnes seules. »

Avec des professionnels

Depuis 2014, la plateforme de répit et d’accompagnement du centre hospitalier Michel-Mazéas travaille de concert avec l’association Mémoires vagabondes en proposant les services de ses professionnels de santé et des actions de soutien aux aidants.

Informations aux aidants

« On redonne de l’information aux personnes à domicile pour leur faciliter la vie. À Douarnenez, on a la chance d’avoir une filière gériatrique complète. Le but est d’informer les aidants au quotidien », explique le cadre de santé Hubert Thieurmel.

Des temps de formation pour les aidants sont également proposés. « On se retrouve parfois sur un binôme aidant et aidé qui s’isole, constate le professionnel. Il faut alors reconsolider le lien social. »

Beaucoup reviennent vers la structure. « N’hésitez pas à pousser la porte pour venir partager un café lors des rencontres du lundi », insiste le docteur Alain Liebot, bénévole de l’association.

Le programme

Lundi 11 janvier, « Le cercle chantant », avec Luc Baron psycho-vocaliste.Lundi 25 janvier, « L’orthophonie pour faciliter le quotidien ».Lundi 8 février, « De la médecine des pharaons à la momification », par le docteur Alain Liébot.Lundi 22 février, « Les problèmes visuels liés à l’âge », avec le docteur Loïc Garaud.Lundi 7 mars, « Le syndrome du coucher du soleil ou les angoisses du soir », par le docteur Alain Galliou.Lundi 4 avril, « Les Osismes », avec Georges B. Savina.Lundi 18 avril, « Le maintien de l’autonomie dans les gestes de la vie quotidienne », avec des ergothérapeutes.Lundi 9 mai, « Les accueils de jour gériatrique », avec Annie Blouët et Armelle Le Gall.Lundi 23 mai, « Les mesures de protection juridique », par Patrice Goyat.Lundi 6 juin, « La motivation », par Jean-Yves Guinard, bénévole des Mémoires vagabondes.

 

La maison solidaire de Kermarron est le lieu de rencontre habituel des aidants et des personnes âgées souffrant de troubles de la mémoire ou de perte d
OUEST-FRANCE.FR
 
 
 

L'humanisation de l'accompagnement des seniors

Le programme

L'humanisation de l'accompagnement des seniors

Deux jours de conférences : séances plénières et ateliers thématiques 

 

 

INSCRIPTION.IDEALCONNAISSANCES.COM
 
 
 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu