5555

Avertir le modérateur

30/05/2015

Le harcèlement au travail, estimé à 117 millions

Plus de 117 millions rien qu’en indemnités maladie, un suicide et neuf tentatives, c’est le coût partiel, en 2014, du harcèlement moral au travail, a calculé la Mobbing ASBL. «Au Luxembourg, nous estimons que 9% des salariés sont victimes de harcèlement au travail», explique Monique Breisch, sa responsable. Il y a mobbing quand le comportement blessant est répétitif, va en s’aggravant et s’inscrit dans la durée. Les attaques courantes consistent à isoler la victime en arrêtant de s’adresser à elle, en la mutant dans une autre pièce, et à la noyer de tâches inadaptées.

Les raisons sont aussi variées qu’un «changement de direction, un salarié dont on veut se débarrasser car il a des problèmes de santé ou beaucoup d’ancienneté et coûte cher…». Le harcèlement peut être individuel ou collectif, fait pour monter les salariés les uns contre les autres. «Le commerce et l’hôtellerie sont les plus touchés, mais il n’est pas rare de trouver des cas de mauvaise gestion du personnel qui s’apparentent à du harcèlement dans des grandes entreprises de secteurs comme la finance».

Face à ces comportements, il est conseillé de tenir un carnet de bord et collecter un maximum de preuves écrites. La mission de l’ASBL est un travail de détective consistant à établir les faits et trouver une parade, de la conciliation au procès. En 2014, l’ASBL a reçu 1 980 appels, fait 355 consultations, ouvert 139 dossiers et clôturé 37... «Le ministre du Travail a promis un projet de loi en 2016. Il faut que quand une victime démissionne, elle reçoive son chômage. Et que la charge de la preuve soit inversée pour que l’auteur présumé ait à prouver qu’il n’y a pas eu harcèlement».

LUXEMBOURG - La Mobbing ASBL lutte contre le harcèlement au travail depuis quinze ans. Et est toujours en attente d’une loi.
LESSENTIEL.LU|PAR WWW.LESSENTIEL.LU, L'ESSENTIEL
 

19/05/2015

Ce travail qui tue

Le suicide, disait Victor Hugo, est une « mystérieuse voie de fait sur l’inconnu » . Parfois ce mystère – appelons-le « les racines du mal » – se trouve là sous nos yeux, identifiable et identifié, prêt à ruiner les êtres les plus solides. Répétons-le : ceux qui se suicident au travail ne sont que très rarement des dépressifs ou des mélancoliques, mais plutôt ceux qui aiment leur travail et se dévouent sans compter. Les salariés d’Orange, ex-France Télécom, en savent quelque chose. Un rapport accablant de l’inspection du travail révèle à quel point les pratiques managériales sont à la source, aujourd’hui encore, de la détresse extrême des salariés. Après les vagues de suicides des années 2000, les dirigeants actuels avaient affirmé, la main sur le cœur, que tout avait changé. Il n’en est rien. Travailler tue encore chez Orange : 21 suicides en 2014, déjà 6 en 2015…
 
 
L'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin "Ceux qui se suicident au travail ne sont que très rarement des dépressifs ou des mélancoliques, mais plutôt ceux qui aiment leur travail et se dévouent sans compter..."
HUMANITE.FR

 

14/04/2015

Les enjeux de la santé mentale au travail

Risques psycho-sociaux: les enjeux de la santé mentale au travail

 

 
Mediapart
Les risques psychosociaux à l'Ecole des hautes études en santé publique
Oui, bien sûr.Dans la fonction publique française, la prise en compte desrisques professionnels jusqu'en 1982 fait essentiellement l'objet de mesures ...
Google Plus Facebook Twitter

10:09 Écrit par loiseaupense dans RISQUES PSYCHOSOCIAUX | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu